Cette série de photographies rend hommage à la communauté des Roms, Manouches et Gitans de France, de Pologne et de République Tchèque. Le proverbe rom « Nane chavem nane bacht », en Français : « Pas de bonheur sans enfants » en dit long sur la considération des parents pour leur progéniture. Au travers de la poésie et des regards évocateurs des enfants, les valeurs chères à la communauté se dévoilent : le respect des anciens, le principe de « l’enfant roi », la vie au grand air… Derrière ces portraits de jeunes Tsiganes se lisent aussi en filigrane la position sociale fragile des femmes, la discrimination ou les difficultés liées à l’habitat. De ces rencontres avec la précarité, surgit souvent, contre toute attente, la joie des enfants. Mais la vulnérabilité n’est plus aujourd’hui l’apanage des communautés roms et il était nécessaire de présenter aussi les familles qui, par l’étude ou au prix d’efforts, ont gravi l’échelle sociale. Témoigner de cette évolution professionnelle et culturelle, c’est espérer un pas vers plus de dignité dont ces enfants pourront hériter en étant mieux compris et acceptés à l’avenir. « Tsigane…Sur ton chemin tu rencontrais souvent le mépris de l’autre qui ne te connaissait pas. Et pourtant, tu l’ignorais…Tes enfants, tu les chérissais d’un amour sans limites, leur enseignant les vraies valeurs de la vie… » (Extrait d’un poème de Schlampa Marie Burgard, fille de Mme Louise Pisla Helmstetter, qui fut la doyenne des Manouches en Alsace avant de rejoindre l’éternité en 2015).